Les traitements possibles pour une rétinopathie diabétique

Mythes, risques et effets secondaires de la chirurgie réfractive
26 février 2021

Complication courante du diabète sucré, la rétinopathie diabétique est une pathologie de la rétine. Elle est due à une atteinte des capillaires rétiniens et peut provoquer, en l’absence de traitement, une perte de la vision. Le dépistage et la prise en charge précoce permettent de ralentir l’évolution de la maladie.

Qu’est-ce que la rétinopathie diabétique ?

Cette pathologie de l’œil est une conséquence fréquente du diabète. Qu’il soit de type 1 ou de type 2, le diabète peut effectivement entraîner une détérioration des vaisseaux sanguins de la rétine. Lors d’un diabète, la régulation de la glycémie est défaillante. Le taux de sucre dans l’organisme peut alors s’élever anormalement, ce qui détruit la paroi des capillaires rétiniens. Il en résulte une perte progressive de la vision, dès lors que la macula (zone centrale de la rétine) est touchée. La rétinopathie diabétique reste une cause majeure de cécité et de malvoyance, notamment chez les sujets jeunes.

Les symptômes de la rétinopathie diabétique

À ses débuts, la maladie est asymptomatique, c’est pourquoi il est indispensable pour un diabétique de se faire dépister précocement.

Par la suite, l’atteinte des vaisseaux va augmenter leur perméabilité, ce qui peut provoquer un œdème, des exsudats, une occlusion ou des hémorragies. Le tissu n’est alors plus oxygéné de manière optimale. Cette ischémie est responsable de la formation de capillaires anormaux. On appelle ce mécanisme une néovascularisation.

Lors d’un œdème maculaire ou d’une hémorragie, une baisse de vision apparaît.

La prolifération des néo-vaisseaux correspond au stade terminal de la maladie. Elle peut engendrer une hémorragie intraoculaire, un glaucome sévère ou encore un décollement rétinien.

Les facteurs de risques

Les facteurs de risques de la rétinopathie diabétique sont les suivants :

  • le diabète et sa durée ;

  • un déséquilibre glycémique ;

  • l’hypertension artérielle ;

  • et le tabac.

Le diagnostic de la rétinopathie diabétique

Le diagnostic et le dépistage de la rétinopathie diabétique reposent sur un fond d’œil régulier. Très simple, cet examen ophtalmologique sert à étudier les structures situées à l’arrière de l’œil, notamment la rétine. Le médecin instille généralement un collyre qui va dilater la pupille afin d’observer l’œil à l’aide d’une lentille spéciale.

Si le fond d’œil présente des signes d’atteinte de la rétine, on effectue une angiographie à la fluorescéine. Il s’agit d’une imagerie de l’œil réalisée après l’injection intraveineuse de produits fluorescents afin d’étudier la vascularisation rétinienne.

Un autre examen permet éventuellement de visualiser les anomalies du fond d’œil sans injection de produit de contraste : l’OCT angiographie.

Le traitement de la rétinopathie diabétique

Il repose tout d’abord sur l’équilibration du diabète et sur le traitement des facteurs de risques tels que l’hypertension artérielle. Les formes débutantes nécessitent seulement une surveillance étroite et régulière. La progression de la maladie sera limitée grâce à l’équilibre du diabète et de la tension artérielle.

Aux stades plus évolués, différents traitements sont proposés en fonction du patient et de l’évolution de la pathologie.

Les traitements médicamenteux

Ils visent à ralentir la progression de la rétinopathie grâce à des injections intraoculaires permettant de traiter les œdèmes. Particulièrement efficace, ce type de traitement est réalisé en consultation, mais il nécessite un suivi médical très rigoureux ainsi que des injections répétées.

Le traitement chirurgical

Réservée aux complications sévères (décollement de rétine ou hémorragie intra-oculaire), la chirurgie consiste en l’ablation du vitré. Cette vitrectomie sera éventuellement complétée par du laser rétinien et une injection intra-oculaire.

Le traitement par laser

Le traitement par laser consiste à stopper la prolifération des néo-vaisseaux, dans le but de stabiliser l’évolution des lésions périphériques. Le laser est particulièrement efficace. Plus le traitement est précoce, plus les chances de préserver l’acuité visuelle seront élevées. Si la pathologie est très avancée, le laser pourra stopper son évolution, mais le patient ne recouvrera pas l’acuité visuelle déjà perdue. En effet, la technologie laser permet d’éviter la cécité, sans toutefois pouvoir restaurer les zones détruites.

Ainsi, le laser rétinien sert à stabiliser la rétinopathie diabétique en améliorant l’oxygénation des tissus. Il nécessite généralement trois à quatre séances afin de traiter la totalité de la rétine. Il évite également les complications cécitantes telles que les hémorragies ou le décollement rétinien. Le laser permet également de cautériser les lésions vasculaires déjà présentes.

Équipée des lasers de dernière génération, la clinique des yeux à Bordeaux propose des soins plus confortables et efficaces que ceux effectués avec des lasers conventionnels. L’établissement est d’ailleurs spécialisé dans les maladies de l’œil et leur traitement.